Diagnostic cancer des os

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

Sommaire

 

Le diagnostic du cancer des os se base sur l'observation des symptômes. Il est essentiel pour définir la présence ou non de la maladie et son type (cancer primitif ou secondaire). Puis, l'étude du stade du cancer permettra d'établir un pronostic.

Diagnostic du cancer des os : dans quels cas ?

Les examens qui composent le diagnostic du cancer des os sont réalisés si le médecin soupçonne un cancer ou s'il a des doutes, c'est-à-dire :

  • Si l'on observe des symptômes de cancer des os.
  • Si des signes cliniques suspects sont retrouvés :
    • La zone douloureuse est enflée ou présente une masse anormale.
    • La mobilité de la région sensible est réduite.
    • Des ganglions lymphatiques sont enflés.
  • Si les symptômes ressentis par le patient font évoquer un cancer, en particulier s'il a des antécédents médicaux de cancer (ou des antécédents familiaux).
Lire l'article Ooreka

Principaux examens

Le diagnostic d'un cancer des os repose sur :

  • des radiographies ;
  • une scintigraphie osseuse ;
  • une biopsie osseuse, nécessaire pour préciser le type de cancer des os dont il s'agit.

Radiographies standard

Les radiographies standard des os sont réalisées de face et de profil. Elles permettent généralement :

  • de localiser la tumeur ;
  • d'évaluer son importance ;
  • de déterminer si la tumeur semble plutôt bénigne ou maligne.

Les résultats permettent de préjuger, a priori, de la bénignité ou de la malignité de la tumeur osseuse étudiée.

Éléments en faveur de la bénignité

Éléments en faveur de la malignité

Lésion de petite taille.

Tumeur de taille importante.

Limites nettes.

Limites floues.

Présence d'un liseré de condensation osseuse autour de la tumeur.

Absence d'un liseré de condensation osseuse périphérique.

  • Structure de l'os globalement respectée.
  • Les corticales (parties externes et dures de l'os qui sont entourées de périoste) restent intactes.
  • Usure voire rupture des corticales.
  • On peut parfois observer une réaction du périoste.
     

 

Pas d'invasion des tissus mous voisins.

Envahissement des parties molles.

Généralement, on complète les radiographies de la zone par une radiographie pulmonaire qui permettra de voir si le cancer s'est propagé dans les poumons.

Lire l'article Ooreka

Scintigraphie osseuse

Une scintigraphie osseuse utilise des matières radioactives qui vont aller se fixer sur les os et permettre ainsi de les étudier. Cela explique comment diagnostiquer un cancer. Plus en détail, la scintigraphie osseuse recherche 2 éléments :

  • Une hyperfixation de la lésion, voire une normofixation :
    • L'hyperfixation s'observe aussi bien sur une tumeur osseuse bénigne (par exemple, un kyste anévrysmal) que sur une tumeur maligne.
    • En revanche, une normofixation permet d’écarter l’hypothèse d’une tumeur maligne.
  • La présence d'autres foyers d'hyperfixation.

Biopsies osseuses

Souvent réalisés à l'occasion d'une chirurgie du cancer des os, les prélèvements de cellules (biopsies) sont intéressants pour :

  • identifier le type de tumeur osseuse auquel on est confronté ;
  • confirmer la présence de cellules cancéreuses ;
  • retrouver certaines anomalies chromosomiques telles que des translocations, notamment en cas de , qui peuvent constituer des causes du cancer des os.

En cas de cancer secondaire des os, les biopsies osseuses des métastases et leur analyse peuvent aider à fournir de précieuses informations pour retrouver le cancer primitif lorsque celui-ci n'est pas encore connu.

Diagnostic du cancer des os : les autres examens

D'autres examens existent pour aide à poser le diagnostic du cancer des os. Ils sont toutefois moins utilisés que la radiographie ou la scintigraphie osseuse.

IRM

Parmi les autres examens possibles, on peut citer l'IRM (imagerie par résonance magnétique). Cette technique permet :

  • D'évaluer l'extension de la tumeur osseuse aussi bien vers l'intérieur de l'os que vers l'extérieur. Il est ainsi possible de savoir si le cancer s'est propagé jusqu'aux vaisseaux sanguins, jusqu'aux nerfs ou jusqu'aux tissus mous.
  • De déterminer si la tumeur concerne plusieurs zones du même os (métastases discontinues).

Tomodensitométrie

La tomodensitométrie (TDM) ou scanner est parfois utile pour :

  • déterminer l'étendue de la tumeur et évaluer son extension aux tissus environnants ;
  • déterminer si la tumeur a métastasé et atteint les poumons ;
  • guider une biopsie.

Une TDM locale se révélera particulièrement utile dans certaines zones telles que les ceintures scapulaire (épaules) ou pelvienne (bassin). En effet, dans ces régions, les radiographies ne permettent pas d'obtenir des images de qualité suffisante.

Analyses de sang

Les analyses de sang sont parfois intéressantes pour diagnostiquer ou déterminer le stade d'un cancer des os. Ainsi :

  • Dans la moitié des cas, les ostéosarcomes se traduisent par un taux de phosphatases alcalines supérieur à la normale.
  • Il n'est pas rare que le taux de lacticodéshydrogénase (LDH) soit particulièrement élevé en cas de sarcome d'Ewing important ou métastasé.

Aussi dans la rubrique :

Symptômes et diagnostic du cancer des os

Sommaire

Manifestations du cancer des os

Symptômes du cancer des os

Ces pros peuvent vous aider